Velatropa, Buenos Aires

Ca fait déjà un moment que j’ai quitté Buenos Aires, mais je n’ai pas encore pris le temps de présenter ce projet rencontré en plein centre de la capitale argentine. Depuis 6 ans, un collectif occupe un espace appartenant à la cité universitaire, sur et autour des fondations du pavillon 5, bâtiment qui ne fut jamais érigé par l’institution. Tolérés par l’université, le groupe auto-géré se base sur les principes de la permaculture et conçoit le projet comme un centre d’expérimentations et d’éducation de ces principes. La base du travail concerne la bio-construction, le potager et la réintroduction d’espèces locales, le recyclage en général. La nourriture provient essentiellement de récup’ faites chaque soir en ville. Les prises de décisions importantes sont réservées pour les réunions de nouvelle lune et de pleine lune, avec une technique intéressante. Quand une idée est formulée, chacun doit en effet choisir un élément (terre, eau, vent ou feu). La terre signifie que la personne va se charger de la réalisation, elle s’en porte responsable. Eau signifie que la personne va donner un coup de main, sans toutefois prendre les rennes. Vent signifie que la personne ne voit pas d’inconvénient à l’idée mais n’en fera pas partie. Feu signifie une opposition qu’il s’agit de traiter. Les décisions sont en effet prises en consensus.

Pour me présenter, j’ai rapidement organisé un jeu de la ficelle, qui a suscité de vifs débats. Sentant le groupe un peu désorganisé, en raison des vacances (et donc du voyage de membres anciens et de l’arrivée de nombreux voyageurs peu imprégnés du projet) et de départs de fondateurs, j’ai provoqué quelques discussions avec le groupe. Il en est sorti une proposition d’atelier, autour de la fleur de la permaculture. Le résultat est la fleur ci-dessous, qui a elle seule permet de comprendre comment le groupe se voit, ce qu’il a réalisé et les volontés pour la suite. J’ai trouvé cette technique, fruit d’une préparation collective de près de 4h, excellente pour apprendre à connaître un projet de façon participative. J’ai eu l’occasion de le proposer depuis au « Casarinho », habitat groupé alternatif au centre de Porto Alegre au Brésil, sans toutefois pouvoir le mener à terme.

La fleur de Velatropa en janvier 2012

http://www.velatropa.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *